lien vers le cours : Leishmaniose cutanée

Forme érysipeloïde: L major

Forme ulcérée : L major

Nodule : forme chronique

L major : nodules ulcérés

L major : forme ulcérée

placard lupoïde

à type de macrocheilite

Ulcéro-crouteuse du nez chez un nourrisson

L major

Forme érysipeloïde: L major

nodules multiples

nodules leishmaniens pseudosporotrichoïdes

Lien vers le cours: Leishmaniose cutanée

 
 
 
 
 
 
 
 
 

LEISHMANIOSE CUTANEE

Les leishmanioses sont des affections dues à des protozoaires de la classe des trypanosomides. Trois variétés sont isolées :

-     Les leishmanioses cutanées (bouton d'orient classique et ses variétés séméiologiques) due à leishmania  tropica et leishmania major.

-      Les leishmanioses cutanéo-muqueuses américaines dites leishmanioses du nouveau monde dues à leishmania mexicana et leishmania  braziliensis.

-    Les leishmanioses viscérales (Kala Azar) dues à  leishmania  Donovani, leishmania Infantum…. Ces dernières peuvent comporter des lésions cutanées (post Kala Azar) ou se manifester par des lésions seulement cutanées (leishmania Infantum).

Les leishmanioses cutanées sont désignées classiquement sous l'appellation de Bouton d'Orient : Bouton d'Alep, bouton de Gafsa, bouton de Biskra…

Endémique dans tout le bassin méditerranéen, Asie centrale, Afrique Occidentale et Centrale. Transmis par un insecte Vecteur le Phlébotome dont la femelle pique la nuit. Le réservoir des parasites est constitué par les rongeurs sauvages (gerboises, mérions …) pour leishmania major. Il est plutôt humain pour leishmania tropica.

L'incubation est en moyenne de 4 semaines mais peut être plus longue 2 à 3 mois. La lésion débute par une petite papule prurigineuse qui se transforme en une nodosité rouge foncé, recouverte par une croûte adhérente. L'élément unique ou multiple se localise sur les régions découvertes (visage, membres…) lieu de piqûre du phlébotome. La lésion est indolore, ne s'accompagne pas d'adénopathies sauf en cas de surinfection et l'état général est bien conservé. Non traitée la lésion finit par guérir au bout de plusieurs mois ou années d'évolution au prix d'une cicatrice vicieuse inesthétique. L'immunité conférée n'est pas définitive.

TRAITEMENT

Les dérivés de l'antimoine (Glucantime) restent la meilleure arme thérapeutique. Quand la lésion est unique et dans les formes localisées, les injections intralésionnelles (1 ml à 2 par lésion une à 2 fois/semaine pendant un mois à un mois et demi) sont de règle. Dans les formes à éléments multiples et les formes extensives le glucantime est administré par voie intra-musculaire à la dose de 60 mg/kg/j pendant 15 jours. Une deuxième cure peut être nécessaire 6 à 8 semaines après la fin du traitement. Le glucantime est un produit néphrotoxique aussi convient il de rechercher une protéinurie avant les injections. Une surveillance des fonctions hépatiques et cardiaques est également recommandée.

Prévention :

1.      Eradiquer le vecteur

2.      Eradiquer le réservoir de virus animal

Se protéger contre la piqûre du phlébotome par l'utilisation des moustiquaires et des topiques anti-moustiques.

 

Professeur Mohamed Denguezli

Faculté de médecine Ibn El Jazzar

Sousse - Tunisia


A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z

last update /mise à jour : 01/10/2006

L'utilisation de ces images dermatologiques nécessite l'autorisation préalable de l'auteur

The use of these dermatologic images requires the preliminary authorization of the author

 
   
     

 
Lettre L
 

leucoplasie

 

Lichen plan

 

Livedo

 

Lipome et naevus lipomateux

 

Lupus érythémateux

 

Lyell (syndrome de )

 

Lymphomes cutanés

 

Leishmaniose cutanée

 

Remarques et commentaires  Remarks and comments :
Dr MOHAMED DENGUEZLI 

Service de dermatologie CHU FARHAT HACHED SOUSSE TUNISIE