Lichen plan

SOMMAIRE 

1. Etude clinique
2. Histologie
3. Formes cliniques
4. Etiologie
5. Traitement
6. Les éruptions licheniennes secondaires

Dermatose inflammatoire bénigne, mais chronique, le plus souvent papuleuse, prurigineuse, et pouvant comporter des localisations muqueuses préoccupantes. Le lichen plan est de cause inconnue.

Le lichen plan représente moins de 1% de l'ensemble des dermatoses, il est moins fréquent que l'eczéma et le psoriasis.

Il atteint avec une égale fréquence les 2 sexes. Il débute à l'age de 20 à 30 ans, rarement avant 10 ans.

1. Etude clinique :

La lésion élémentaire est une papule, dont l'aspect est très caractéristique : petite, violine, légèrement saillante, à bords nets et polygonaux, à surface plate, brillante à jour frisant, parfois finement striés (stries de Wickham).

Ces papules sont prurigineuses.

Elles se groupent en nappes de taille variable. Les sièges de prédilection sont la face antérieure des poignets et des avant-bras, la région lombaire, moins souvent les membres inférieurs. Le visage est épargné.

Des papules se groupent en une file le long d'une strie de grattage, c'est le phénomène de Köbner.

L'évolution est variable, chronique, capricieuse. Les poussées sont parfois liées à des difficultés psychologiques. Le plus souvent, le traitement hâte la guérison, il peut persister des macules pigmentées.

2. Histologie :

Si elle est nécessaire devant une forme atypique, confirme le diagnostic :

3. Formes cliniques :

· Formes topographiques :

· Les formes évolutives :

très important ;

Les lichens muqueux érosifs (bouche, vulve) se transforment parfois en carcinomes spino-cellulaires — > Surveillance

4. Etiologie

La cause du lichen plan n'est pas identifiée. Les arguments en faveur d'un processus auto-immun sont actuellement les plus convaincants mais aucun signe sérologique n'accompagne l'infiltrat lymphocytaire cutané.

Ces arguments sont : l'éruption lichenienne au cours de la GVH, l'aspect lichenien de certains lupus érythémateux et/ou association lupus et lichen, la survenue d'éruption bulleuse de type pemphigoïde bulleuse au cours du lichen plan étendu, l'association lichen et thymome, lichen et maladie de Castelman, lichen et maladie de Biermer, lichen et maladie d'Addison, lichen et pelade, lichen et diabète, lichen et colite ulcéreuse.

L'association à une hépatopathie chronique est la plus prévalente : cirrhose biliaire primitive, hépatite chronique active. La prévalence de l'infection par le virus de l'hépatite C est élevée chez 20 % des patients.

Ces observations expliquent que l'hypothèse d'une cause auto-immune, éventuellement déclenchée par une infection virale soit actuellement considérée comme possible.

5. Traitement :

Corticothérapie locale. Eventuellement, antihistaminiques per os.

Exceptionnellement, courte corticothérapie générale. Abérel* lotion localement sur les lésions muqueuses érosives. Les anxiolytiques sont aussi utiles.

6. Les éruptions licheniennes secondaires :

 

haut de la page

Retour à la page d'accueil des Cours de Dermatologie

 
   
     

Retour vers ATLAS
 
Le Programme
 
Les Dermatoses bactériennes
Les teignes du cuir chevelu
Leishmanioses cutanées
  Psoriasis
  Les eczémas
  Les manifestations cutanées des collagénoses
  Les tumeurs cutanées bénignes
  Cour de sémiologie : 2ème année
  Les Dermatoses virales
  Tuberculose cutanée
  Les prurits parasitaires
  Lichen plan
  Les dermatoses bulleuses acquises immunologiques
  Les tumeurs cutanées malignes
  Pelade - Melasma- Vitiligo
  Les mycoses cutanées
  Lèpre ou maladie de Hansen
  Les maladies sexuellement transmissibles
Pityriasis rosé de Gibert
Urticaire
Erythème polymorphe - Toxidermie
L’acné
thérapeutique
 

Remarques et commentaires  Remarks and comments :
Dr MOHAMED DENGUEZLI 

Service de dermatologieCHU FARHAT HACHED SOUSSE TUNISIE